Les perturbateurs endocriniens, une vraie menace pour la santé de nos enfant !

Par : Dr Tao |
Partagez
À la radio, à la télé, dans le journal, vous avez forcément entendu le mot ‘perturbateur endocrinien‘. Mais savez-vous de quoi il s’agit réellement ? En effet, ils sont partout, dans notre alimentation, nos boissons, et même dans l’air. Et bien sûr dans les produits de soins du quotidien de nos enfants. On vous explique tout dans cet article, et on vous donnera quelques conseils pour éviter les perturbateurs endocriniens dans les produits cosmétiques pour vos enfants.

Tout d’abord, C’est quoi un perturbateur endocrinien ? 

La découverte des activités endocriniennes de certaines molécules est très récente, la première étude débute dans les années 60. C’est en 1991 que le mot ‘perturbateur endocrinien’ (PE) a été introduit par un zoologiste Dr.  Théo Coburn. Depuis cette période, l’autorité de santé a donné une définition officielle des PE : 

« Un perturbateur endocrinien est une substance ou un mélange de substances, qui altère les fonctions du système endocrinien et de ce fait induit des effets néfastes dans un organisme intact, chez sa progéniture ou au sein de (sous)-populations ».

Concrètement, ce sont des molécules qui un effet négatif sur notre système hormonal généré par l’hypophyse, la thyroïde, le pancréas, ou les organes sexuels. 

Quels effets sur la santé de nos enfants ?

Les jeunes enfants sont une population très vulnérable vis-à-vis des PE. Pas simple parce que leur barrière biologique est plus fragile mais aussi parce que le système hormonal joue un rôle essentiel dans le développement et la santé générale d’un enfant. 

Et ceci signifie que le fonctionnement anormal de n’importe quelle glande endocrine dans le fuselage peut avoir un impact spectaculaire. La plupart des troubles liés aux déséquilibres hormonaux sont typiquement liés à l’accroissement ou au développement sexuel anormal. 

Les PE, pourraient déséquilibrer cette harmonie endocrinienne naturelle dans le corps de nos enfants. Certain PE, ont une structure chimique très semblable aux hormones sexuelles et pourraient entrainer la prématurité des ovaires ou des testicules ce qui veut dire induire une puberté précoce. 

Et d’autres perturbateurs endocriniens ont des effets inverses. Ils empêchent les hormones de réagir avec le corps de nos jeunes enfants. Ceci influence directement le développement pubertaire.  

La règlementation des PE évolue lentement et l’industrie joue aux apprentis sorciers 

Les méfaits du bisphénol A ont été démontrés vers les années 90 dans les journaux scientifiques, mais ce n’est qu’en 2012 que la France à interdit ce composé à problèmes. Le pire dans tout ça c’est que l’industrie joue aux apprentis sorciers :

Toujours la même histoire : comme le bisphénol A a été interdit, l’industrie a rapidement trouvé une alternative : les bisphénols S et F qui ne sont pas encore interdits par la règlementation. Mais ceux-ci ont des effets néfastes bien pires que le bisphénol A selon les études scientifiques (1)

Que faire alors ?

Éviter d’utiliser certains plastiques. 

Il n’y pas qu’un seul plastique, il existe des tas de plastiques différents. 

Selon la matière qui les compose, les plastiques sont classés de 1 à 7. 

Les numéro 2 HDPE, 4 LDPE et le numéro 5 sont sains, surtout s’ils ont le grade alimentaire. 

Les plastiques recyclés de classe HDPE, LDPE sont bien plus écologiques, mais malheureusement, ils n’assurent pas une absence absolue de perturbateurs endocriniens. 

Il faut absolument, éviter les PS (numéro 6) (le plastique utilisé dans les emballages de viande), les PVC (numéro 3) et les « autre plastiques variés » (numéro 7) qui sont soupçonnés d’être cancérigènes et contiennent potentiellement des perturbateurs endocriniens. 

Pour nous, il est préférable d’éviter également les PET (numéro 1), on en trouve dans les bouteilles d’eau de supermarché. 

Les études scientifiques se contredisent à leur sujet quant à la présence de perturbateurs endocriniens ou pas… On ne sait plus que croire. 

Privilège quand même du produit certifié naturel ou bio 

En choisissant les produits naturels et bio, c’est l’assurance d’éviter le pire : certaines familles de parabènes, triclosan, les phtalates dans les parfums... 

Mais attention, la présence de certains perturbateurs endocriniens est suspectée dans les produits bio aussi. 

Utilisez bien votre appli de scan produit 

Malgré leurs nombreux défauts, certaines applications de scan produits mettent bien à jour la présence ou non des perturbateurs endocriniens, comme INCI beauty

Utilisation des produits contient minimum d’ingrédients et très longue histoire utilisations 

Les règlementations sur les PE évoluent doucement et les autorités de santé ne réagissent souvent qu’après des accidents dévastateurs pour bannir ces substances. 

Le plus sûr, c’est d’utiliser très peu de produits de soins sur la peau des enfants.

Mais même si chaque produit contient très peu d’ingrédients, chaque ingrédient peut avoir un impact à plus ou moins long terme sur notre corps après utilisation. 

Chez nous, on travaille main dans la main avec les meilleurs toxicologues de France et chaque jour, nous faisons les veilles scientifiques sur tous nos ingrédients. 

Voir comment nous avons choisi les ingrédients chez LiLiKiWi.

Ne vous laissez pas piéger par les ingrédients superflus du marketing

La plante fait rêver, la nature fait vibrer, mais la nature n’est pas toujours inoffensive pour nos petits choux. 

Les extrait de plante possèdent des compositions bien plus complexes qu’on ne pourrait le croire (un mélange de centaines ou milliers de molécules) d’ailleurs souvent, nous ne connaissons pas toute la composition. 

Et surtout certains extraits de plantes autorisés dans les cosmétiques bio contiennent des PE suspectés. Voici la liste :  

-l’extrait de reine des prés (INCI: SPIRAEA ULMARIA FLOWER EXTRACT) contient methyl salycilate les autorités de santé la suspecte être un PE depuis cette année. 

C’est la limite des applications de scan produits, ils alertent sur le methyl salycilate mais pas sur l’extrait de reine des près.

-l’huile essentielle Ylang-Ylang (INCI: CANANGA ODORATA FLOWER OIL) contient du benzyl salycilate, également soupçonnée être un PE. 

- l’extrait de radis fermenté (INCI: LEUCONOSTOC/RADISH ROOT FERMENT FILTRATE). Il était considéré comme un conservateur naturel miracle dans la cosmétique bio, mais en réalité, l’extrait contient du sel de didecyldimethylammonium qui est cancérigène et de l’acide salycylique qui est suspecté d’être un PE, super ! (2) 

Il faut faire extrêmement attention aux produits sans rinçage

Les crèmes, les lotions, car ils ont un contact long avec le corps. Les PE ont besoin de temps pour pénétrer la peau et réagir avec notre corps, et très souvent les PE sont des petites molécules qui ne dissolvent pas dans l’eau. Concrètement, acheter une crème qui contient des perturbateurs endocriniens est bien plus grave que d’utiliser un shampoing qui en contient.

              

Si vous avez des questions, n’hésitez pas à envoyer un message sur notre site ou à nous contacter par email à : coucou@lilikiwi.fr. Nous nous ferons un plaisir de vous répondre rapidement !

                       

Sources : 
(1) Eladak et al. A new chapter in the bisphenol story: bisphenol S and bisphenol F are not safe alternatives to this compound. Fertility and sterility. Volume 103, issue 1. Jan. 2015 page 11-21
(2)  Li et al. Identification of Didecyldimethylammonium Salts and Salicylic Acid as Antimicrobial Compounds in Commercial Fermented Radish Kimchi .J. Afric. Food. Chem. 2015, 63, 11, 3053-3058. 

 

Partagez